PRESSE

FELICIE

Ils parlent de nous

ToutMa.fr | Gastronomie

Décidément le quartier des antiquaires regorge de nouvelles adresses qui le rendent dynamique et lui donnent un côté parisien : le concept store Black Butter, la boutique de déco Ligne 12 et la librairie et cave à vin La Cave du Mérou, sans oublier l’adorable petit troquet Félicie. Sandra est chez elle et a entièrement pensé son restaurant. Elle est le dynamisme et le professionnalisme incarné. Elle connaît parfaitement ses clients, leur goût et a toujours un mot pour eux… Chez Félicie, Sandra a mis son cœur en chinant comme pour un appartement raffiné. Le velours bleu donne de la chaleur et une note d’originalité contrastant avec la pureté des murs immaculés et des nappes blanches. Plusieurs objets sortent tout droit d’un cabinet de curiosités comme la carte de Corse en coquillages pour la touche kitch mais faite par la patronne elle-même ! L’ardoise inscrit une dizaine de plats : burrata truffe et roquette, spaghettis aux palourdes, filet de bœuf grillé au poivre, pieds & paquets… Question sucrerie, la pâtisserie Mandonato propose une sélection différente chaque jour : tartes maisons, castel… Le soir l’ambiance est différente et séduit une clientèle de quadra venue déguster des spritz et apprécier l’atmosphère à la bougie et l’ambiance festive que Sandra sait si bien distiller…

Consulter l’article


Psaltis.fr | Félicie… aussi !

Le périmètre Sylvabelle, Saint-Jacques, Edmond-Rostand est en pleine ébullition. Le quartier poursuit sa mutation, accueillant des boutiques toujours plus pointues et bobos. Outre la récente ouverture du très joli magasin de déco Ligne 12, on signale aussi la reprise du restaurant « la Préfecture » par une équipe issue du Café populaire (de la rue Paradis voisine) et de la boulangerie-pâtisserie de Saint-Victor (famille Mandonato). Après quelques semaines de fermeture, le resto a rouvert avec une déco à mi-chemin entre la déniche chic et le raffinement bourgeois. A l’apéro, ne soyez pas vulgaires et succombez aux charmes du spritz, un cocktail très apprécié en Italie et qui remet à la mode tous les alcools amers type Campari ou Suze.
Dans un ancien appartement réaménagé, nappes blanches et ardoises cohabitent et proposent pêle-mêle une burrata et jambon truffé, de la charcuterie corse, des linguine alla
putanesca ou aux palourdes, une bavette à l’échalote, une daurade royale en filet et des seiches à la plancha. Le service est très sympathique, le jeune serveur oscillant entre humour complice et maîtrise sérieuse de la salle. Côté assiettes, on recommandera le risotto aux très belles et charnues gambas et la tagliatta de black angus. Les pieds-paquets sont de bonne facture mais la sauce n’est pas assez épaisse, une telle recette exigeant un jus épais, sirupeux et profond. Attention également aux pommes de terre trop « al dente » qui auraient mérité 5 minutes de cuisson supplémentaire. Un baba au rhum ? Une tarte au citron meringué ? La soirée se prolonge dans une atmosphère détendue, la salle s’anime de quadras et quincas venus ici se détendre. Alors faut-il y aller ? Oui, pourquoi pas. Le moteur est en plein rodage mais on sent qu’il y a là les fondamentaux d’une table qui pourrait, au fil des mois, entrer dans le paysage marseillais.

Consulter l’article


marsenville.com | Félicie, Marivaudage culinaire rue sylvabelle

Notre notaire nous invitait souvent à déjeuner dans ce restaurant proche de son étude rue Sylvabelle et nous n’avons jamais compris un tel engouement au vu de son bel appétit et de son embonpoint pour cet établissement qui sans surprise a fini par mettre la clé sous la porte.
Sandra a repris il y a quelques mois les rênes  de ce restaurant en duplex et sa terrasse en le gratifiant d’un bon lifting home made. La décoration a été complètement revisitée, chinée chez les antiquaires et boutiques déco du quartier comme Ligne 12 ou Studio19. De jolies trouvailles également comme le papier peint signé Lacroix où des papillons colorés semblent à tout moment s’envoler, des photos de familles, quelques bouquins, des sièges bleu roi confortables et une descente d’escalier dessinée en cordage de bateau par le fils de Sandra, restauratrice lettrée fan de Marivaux…

Consulter l’article


Chutmonsecret.com | Chut, Moment exquis au restaurant Félicie

Sur le mur de l’entrée le doux nom de Félicie écrit avec une corde entrelacée.
Pour la confidence c’est l’écriture du fils de Sandra. Et le papillon sur le « i » une idée de sa fille. On l’aura compris, ce restaurant caché au coeur du quartier de la Préfecture est avant tout une histoire d’amour. Une histoire de famille et d’amis (que ce soit Hortense, Diane, Lucidor ou la Fée …).
On est dans le nid secret de Sandra Morazzani, belle quarantenaire de caractère !
Après être passée au Café populaire et chez Fuxia, son équipe de toujours l’ayant suivie, Félicie prend vie. Le secret du nom ? Le texte de Marivaux grâce auquel Sandra a décroché son bac avec mention… Ce nom tout un symbole de réussite…

Consulter l’article


love-spots.fr | Félicie

Ce restaurant cossu idéal pour le déjeuner d’affaires sait aussi se montrer frivole pour des soirées plus animées. Confidence pour confidences…
Avec un nom joyeux qui fleure bon le sud, la brasserie de la Préfecture a repris des couleurs. Au sens propre tout d’abord avec ses longues tentures turquoise, ses papillons et oiseaux colorés volant sur les papiers peints. Au figuré aussi, depuis que Sandra Morazzani a repris les manettes de cet établissement en duplex pour y recevoir comme dans un appartement et servir une cuisine méditerranéenne où ses mêlent spécialités provençales, italiennes, corses et parfois même orientales. A la carte ce jour là, le mi-cuit de thon sur des tagliatelles de légumes a une cuisson juste et les saltimboccas – ces petites escalopes de veau roulées dans la farine – n’ont pas à rougir d’une bonne trattoria transalpine tout comme le tiramisu servi dans son petit parfait et tout droit venu de la pâtisserie Mandonato. Sur la terrasse extérieure, accoudé au bar ou dans les salons de l’étage, à vous de choisir l’environnement qui collera le mieux à l’occasion: un thé entre copines, un déjeuner d’affaires, un apéro tapas entre ami(es) ou un dîner en tête-à-tête. Et chaque premier samedi du mois le clientèle s’enjaille lors des apéros musicaux. (EF)

Consulter l’article


lesmarseillaises.fr | Félicie Restaurant

Le quartier des Antiquaires continue sa douce révolution avec l’arrivée de Felicie. Un nouveau restaurant aux accents marseillais, italien, corse… ouvert par Sandra Morazzani.
Après 4 ans à l’Épicerie Fuxia et 5 ans au Café Populaire, Sandra Morazzani a décidé de mettre toute son énergie pour un projet qui lui tenait à coeur depuis longtemps : ouvrir son propre restaurant. C’est chose faite et elle l’a baptisé Felicie !
Avec une jolie déco féminine faite de meubles et objets chinés chez ses voisins antiquaires et commerçants (Titre, Les Majuscules, Le Meublier, Hélène Boy, Studio 19…), une carte quotidienne d’une dizaine de plats aux accents méditerranéens et des desserts de la célèbre boulangerie-pâtisserie Mandonato, Sandra a su créer une ambiance conviviale à son image. Rien d’étonnant pour ceux qui connaissent sa générosité légendaire !
Et à partir de janvier, Felicie nous promet des soirées en musique les mercredis.

Consulter l’article


La Provence | FélicieTATION !!

FélicieTATION !!
On parle de nous et c’est un plaisir qu’on le fasse ! Donc on en reparle et on le partage :)

original-11037562_359350580938683_7259155760180035179_n
original-felicie_la_provence